5 min de lecture

Il est vrai qu’en informatique chaque décennie apporte autant d’innovations qui font naître un nouveau vocabulaire (comme le Craftsmanship), généralement pour un groupe restreint d'»initiés» et leur permettent de voir facilement qui est membre du groupe et qui n’a pas été «mise à jour»…

Cependant, à mon avis, il serait erroné de traiter le craftsmanship comme rien de plus qu’une mode passagère.

Craftman

Le Craftsmanship comme le développement d’applications 

À l’ère du digital, les compétences requises pour les applications informatiques peuvent être facilement acquises compte tenu du grand nombre de nouvelles « applications » ou de nouveaux sites Web qui apparaissent chaque mois.

Les langages informatiques sont beaucoup plus simples aujourd’hui qu’ils ne l’étaient il y a 50 ans.

Cependant, même si la connaissance d’une langue ne fait pas de vous un écrivain à succès, la connaissance d’un langage informatique ne fait pas automatiquement de vous un bon développeur.

Pour qu’il soit maintenable, efficace et évolutif, le logiciel doit être correctement structuré.

 

Venons-en donc au fait : le fondement du craftsmanship ! En partant du principe que le développement d’application s’apparente à une création, qui ne peut être répliqué à la vue des évolutions digitales et des besoins du consommateur, comment fait-on pour progresser en tant que développeur ?

Le craftsmanship apporte donc une réponse pragmatique. Il propose des repères, des outils, des méthodes et même une communauté permettant aux développeurs de s’améliorer et devenir un as du « software Crafstman ». 

 

L’évolution du Geek vers le Craftsman 

Le stéréotype que l’on a du développeur est le geek, complètement accro à son ordinateur qui vit encore chez ses parents. 

En soi, un « Geek » est avant tout une personne passionnée par le monde digital, souvent incompris des autres, ce qui le rend marginal. 

Mais quand est-il d’aujourd’hui ? 

Eh bien, ces fameux « Geeks » ont pris une importance particulière dans le monde professionnel permettant le succès de millions d’entreprises. Les personnes ne cessent d’améliorer notre quotidien et réinventent même notre avenir. Ces créateurs de la nouvelle génération ont accompli des exploits en termes de digitalisation. Des réussites ont donc permis aux « Geeks » de devenir « Craftsman ». 

 

Le craftsmanship, une communauté de rêve

Être Craftsman, c’est surtout faire partie d’une communauté, apprendre et découvrir de nouvelles méthodes et de nouveaux outils, chacun apportant sa propre expérience.

C’est aussi une source de fierté et de reconnaissance, le Craftsman exprime clairement la volonté d’améliorer la qualité du code : au lieu de créer une « bouillabaisse », le Craftsman cherche à simplifier, rendre accessible et lisible ce qu’il produit.

 

Une évolution constante 

La pérennité de ce qu’il fabrique est un enjeu : pour que ce produit survive à la croissance rapide de l’IT, il faut le tester !

Le plus important est que le Craftsman met son ingéniosité au service du client.

Il essaie de comprendre ses besoins et trouve rapidement des solutions pour lui donner un vrai plus.

Et comme la perfection n’existe pas, le Craftsman fait de courtes itérations et développe des collaborations avec ses clients.  Ce qui nous renvoie à l’agilité ! 

 

Agilité et collaboration 

Il est évident que le Craftsmanship possède une partie de ses origines dans la méthode agile. Il est même essentiel de dire que si l’agilité est une spécification de bonnes pratiques, le Craftsmanship est son implémentation au développement du logiciel. 

Si l’on parle de communauté solide, le Craftsmanship est plus considéré comme une culture plutôt qu’une méthode. 

 

Mais alors, où est la place des outils dans tout ça ?

Ce n’est ni plus ni moins un moyen de parvenir à nos fins, et il serait difficile d’en dresser une liste exhaustive.

Mais comment ne pas évoquer Github, l’incarnation parfaite du code chez les développeurs du monde entier ? Ou CodingGame, qui transforme l’apprentissage du développement de jeux ?

 

Le bénéfice de la collaboration 

On se réfère notamment au Craftsman Manifesto, qui édicte les fondamentaux, aux livres Clean Code ou Legacy Code, et aux vidéos de démonstration de techniques que l’on trouve facilement sur Internet.

Le Craftsman utilise, crée et développe de nouveaux outils sans cesse, ce qui améliore notre qualité de vie, en s’inspirant des travaux de tiers. 

L’expérience a montré qu’une des manières les plus importantes de mener une transition vers le Craftsmanship est d’avoir un coach expérimenté, dont les rôles ne sont pas hiérarchiques et dont les compétences techniques permettent de progresser en toute confiance.

 

Peut-être qu’il est trop tôt pour parler de révolution mais, de l’avis de l’utilisateur, le Craftsmanship est définitivement l’évolution du métier que les développeurs attendent.

Que ce soit en raison de leurs propres compétences, de leurs facilités d’amélioration et d’avancement rapides, ou de leur capacité à faire équipe et à construire, nous avons constaté une énorme augmentation de la demande de logiciels Craftsmen pour l’intervention d’équipes digitales, tous domaines d’activité 

confondus.